Centre de vacances & Loisirs solidaires !
ACCUEIL
/
BLOG
/
De la terre crue pour habiller les murs

De la terre crue pour habiller les murs

jeudi 15 février 2024

Venue de Chevaigné, près de Rennes, une équipe d'Emmaus Terre a mené un chantier d'une semaine pour poser des briques de terre crue sur les murs de séparation des logements d'accueil touristique. Meilleur confort acoustique et hygrothermique...aux atouts écologiques de ce matériau s'ajoute une dimension sociale qui a présidé à la création de cette activité.

 Sous le crachin de ce mois de février, deux compagnons, deux salariés et deux bénévoles s'affairent. Ils se sont donné une semaine pour installer les 550 briques de terre crue venues de la briqueterie solidaire de Chevaigné (35), depuis deux ans intégrée au réseau Emmaüs. Une activité imaginée par Orane Bert, co-fondatrice de l'association et responsable de la communauté, qui comprend aujourd'hui 8 compagnons, 4 salariés et 20 bénévoles. Engagée contre l'exclusion notamment des personnes exilées, Orane, persuadée que "toute personne a le droit de se reconstruire", s'est ainsi lancée dans ce projet qui a vite fait la preuve de son potentiel. " Nous avons aujourd'hui une clientèle de maçons, architectes, particuliers... le marché est  très porteur",  constate-t-elle. Et le terrain fertile. "Nous récupérons la terre issue de l'excavation des chantiers locaux , en général dans un rayon de moins de 20 km de la communauté. " Stockées dans un immense hangar, les briques, façonnées avec un mélange de terre, paille et copeaux de bois ont un temps de séchage de quelques jours à deux mois, en fonction des saisons. Pour les compagnons, logés et accompagnés sur place, la formation se fait "sur le terrain" précise Orane. Certains ont envie de devenir maçons, d'autres ont des projets professionnels autres et nous les accompagnons dans ces projets. " Ainsi de Zeca, compagnon venu du Congo et intégré depuis sept mois à la communauté. " J'ai toujours une forte envie d'apprendre. J'ai déjà travaillé dans une briqueterie avant de venir en France. Mon projet est de devenir cariste aujourd'hui, j'ai déjà suivi la formation." 

 En attendant, il aura participé à un chantier qui ajoute une valeur supplémentaire à la Pointe...Merci à l'équipe! 

Le Télégramme était là : https://www.letelegramme.fr/finistere/primelin-29770/des-briques-en-terre-crue-au-centre-emmaus-de-primelin-6527272.php

 

Tous droits réservés - La Pointe Emmaüs © 2023
Mentions légales